Contacts

92 Bowery St., NY 10013

thepascal@mail.com

+1 800 123 456 789

Catégorie : blog

blog

Ciment Vert : Une Solution Durable pour l’Industrie de la Construction

Juin 2024

Introduction

L’industrie de la construction est un contributeur significatif aux émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2), principalement en raison de la production de ciment traditionnel (Portland). La production de ciment représente à elle seule environ 5-8% des émissions mondiales de CO2, ce qui en fait la troisième source industrielle de CO2 après les combustibles fossiles et l’utilisation des sols (agriculture, exploitation forestière, …) (Andrew, 2017). Cela équivaut à environ 900 kg de CO2 émis pour chaque tonne de ciment produite (Benhelal et al., 2013). Étant donné l’utilisation extensive du ciment, trouver des alternatives durables est crucial pour réduire l’empreinte carbone de l’industrie.

Qu’est-ce que le Ciment Vert ?

Le ciment vert désigne le ciment produit en utilisant des technologies de capture et de stockage du carbone (CSC). Ces technologies capturent les émissions de CO2 générées lors de la production de ciment et les réintègrent dans le ciment, réduisant ainsi l’empreinte carbone globale.

La Technologie Derrière le Ciment Vert

Plusieurs technologies de capture de carbone sont utilisées dans la production de ciment vert, notamment :

  • Combustion Oxy-fuel : Brûle du carburant dans de l’oxygène pur au lieu de l’air, produisant un gaz d’échappement riche en CO2 qui est plus facile à capturer (Voldsund et al., 2019).
  • Bouclage Calcique : Utilise de l’oxyde de calcium pour absorber le CO2, qui est ensuite libéré et capturé lors de la calcination (Atsonios et al., 2015).
  • Épurateur à Amine : Implique l’absorption chimique du CO2 à l’aide d’amines, qui sont ensuite régénérées pour libérer et capturer le CO2 (Li et al., 2013).

Les Avantages du Ciment Vert

Le ciment vert offre plusieurs avantages par rapport au ciment traditionnel :

  • Avantages Environnementaux : Réduction significative des émissions de CO2, contribuant à l’atténuation du changement climatique. Par exemple, le projet LEILAC a montré un potentiel de capture de 95% des émissions de CO2 d’une usine de ciment (Hills et al., 2017).
  • Avantages Économiques : Économies potentielles sur les taxes et crédits carbone réduits, et possibilité d’utiliser des processus de production moins énergivores. Le coût de l’évitement du CO2 peut varier de 60 € à 115 € par tonne, selon la technologie utilisée (Markewitz et al., 2019).
  • Performance : Le ciment vert peut avoir des performances comparables à celles du ciment traditionnel en termes de durabilité et de résistance (Dixit et al., 2021).

Défis et Limites

Malgré ses avantages, l’adoption du ciment vert fait face à plusieurs défis :

  • Défis Technologiques : La nécessité de technologies de capture de carbone avancées et fiables pouvant être rétrofitées aux usines existantes (Plaza et al., 2020).
  • Défis Économiques : Coûts initiaux élevés et risques financiers associés au déploiement de nouvelles technologies (Li et al., 2013).
  • Échelle et Infrastructure : Besoin d’une infrastructure substantielle pour transporter et stocker le CO2 capturé (Voldsund et al., 2019).

Études de Cas et Applications Réelles

Projet LEILAC

Le projet LEILAC (Low Emissions Intensity Lime and Cement) vise à appliquer une technologie révolutionnaire de capture de carbone aux industries du ciment et de la chaux. Il vise à permettre la capture du CO2 de procédé inévitable de la calcination du calcaire sans coût énergétique et sans coût supplémentaire en capital, à l’exception de la compression. L’usine Heidelberg Cement de Lixhe, en Belgique a lancé un ciment breveté, ayant un bilan carbone net zéro grâce à la séquestration du carbone. Ce ciment innovant intègre des technologies de capture et de stockage du carbone pour piéger le CO2 émis lors de la production. En plus d’utiliser des matériaux durables, il contribue de manière significative à la réduction des émissions de CO2, faisant un pas important vers une construction plus verte et plus durable.

Béton Ultra-Performant (UHPC)

Des recherches ont démontré le potentiel de capture de carbone dans le béton ultra-performant en utilisant une cure au CO2 sous pression. Cette méthode améliore significativement le degré de carbonatation et la performance environnementale du béton, en faisant une option viable pour la construction verte (Dixit et al., 2021).

Perspectives d’Avenir

La recherche et l’innovation futures sont cruciales pour l’adoption généralisée du ciment vert. Les domaines de focus incluent :

  • Amélioration de l’Efficacité de la Capture du Carbone : Améliorer les technologies existantes et développer de nouvelles méthodes pour une capture plus efficace du CO2. Des recherches sont en cours pour améliorer la performance et réduire les coûts de diverses technologies de capture, telles que les membranes de transport facilité et le bouclage calcique (Ferrari et al., 2021).
  • Viabilité Économique : Réduire les coûts grâce aux avancées technologiques et aux économies d’échelle. L’innovation continue dans les processus de production et les matériaux devrait réduire les coûts du ciment vert, le rendant plus compétitif par rapport au ciment traditionnel (Li et al., 2013).
  • Politiques et Incitations : Mettre en place des politiques de soutien et des incitations financières pour encourager l’adoption des technologies de ciment vert. Les gouvernements et les organismes de réglementation doivent établir des cadres qui promeuvent l’utilisation du ciment vert à travers des subventions, des incitations fiscales et des réglementations plus strictes sur les émissions (Voldsund et al., 2019).

Conclusion

Le ciment vert représente une étape significative vers une construction durable, offrant une solution viable pour réduire l’empreinte carbone de l’industrie du ciment. La recherche continue, l’innovation et les politiques de soutien sont essentielles pour réaliser le plein potentiel du ciment vert et atteindre un avenir plus durable.

Références

  • Andrew, R. (2017). Supplementary material to “Global CO2 Emissions from Cement Production.” Earth System Science Data, 10, 195-217.
  • Benhelal, E., Zahedi, G., Shamsaei, E., & Bahadori, A. (2013). Global strategies and potentials to curb CO2 emissions in cement industry. Journal of Cleaner Production, 51, 142-161.
  • Hills, T., Sceats, M., Rennie, D., & Fennell, P. (2017). LEILAC: Low Cost CO2 Capture for the Cement and Lime Industries. Energy Procedia, 114, 6166-6170.
  • Dixit, A., Du, H., & Pang, S. (2021). Carbon capture in ultra-high performance concrete using pressurized CO2 curing. Construction and Building Materials, 288, 123076.
  • Li, J., Tharakan, P., Macdonald, D., & Liang, X. (2013). Technological, economic and financial prospects of carbon dioxide capture in the cement industry. Energy Policy, 61, 1377-1387.
  • Markewitz, P., Zhao, L., Ryssel, M., Moumin, G., Wang, Y., Sattler, C., Robinius, M., & Stolten, D. (2019). Carbon capture for CO2 emission reduction in the cement industry in Germany. Energies.
  • Plaza, M., Martínez, S., & Rubiera, F. (2020). CO2 capture, use, and storage in the cement industry: State of the art and expectations. Energies.
  • Ferrari, M., Amelio, A., Nardelli, G., & Costi, R. (2021). Assessment on the application of facilitated transport membranes in cement plants for CO2 capture. Energies.
blog

L’agriculture régénératrice : une approche holistique de la production alimentaire durable

Explorer le potentiel et les défis des pratiques régénératrices dans la construction de systèmes alimentaires résilients

 

Introduction:

À une époque marquée par des crises écologiques croissantes, le besoin de systèmes alimentaires durables et résilients n’a jamais été aussi pressant. L’agriculture régénératrice est apparue comme une approche holistique de la production alimentaire qui donne la priorité à la santé des sols, à la biodiversité et à la restauration des écosystèmes. Cette approche transformatrice est la clé pour relever les défis complexes auxquels notre planète est confrontée, du changement climatique à la dégradation des terres, en passant par l’insécurité alimentaire et les inégalités sociales.

 

Comprendre l’agriculture régénératrice :

À la base, l’agriculture régénératrice cherche à aller au-delà de l’accent étroit mis sur la productivité qui a longtemps dominé les pratiques agricoles conventionnelles. Au lieu de cela, le concept donne la priorité à la santé et à la vitalité des écosystèmes agricoles, reconnaissant l’interdépendance du sol, de l’eau, des plantes, des animaux et des communautés humaines. En employant des pratiques telles que les cultures de couverture, la rotation diversifiée des cultures et la gestion intégrée du bétail, l’agriculture régénératrice vise à améliorer les cycles des ressources, à améliorer la rétention d’eau et à soutenir la séquestration du carbone.

 

Exemples mondiaux de réussite régénératrice :

Des terres arides de Jordanie aux champs de maïs des plaines du Nord en passant par les paysages diversifiés de l’Australie, l’agriculture régénératrice est mise en œuvre dans un large éventail de contextes à travers le monde. Le projet Greening the Desert en Jordanie a réussi à transformer des terres dégradées en systèmes agricoles productifs, démontrant le potentiel des pratiques régénératrices pour lutter contre la désertification et soutenir des moyens de subsistance durables. Entre-temps, des études menées dans les plaines du Nord ont démontré la viabilité économique de l’agriculture régénératrice, les fermes régénératrices atteignant une rentabilité supérieure à celle de leurs homologues conventionnelles.

 

Naviguer dans les complexités :

Bien que l’agriculture régénératrice soit extrêmement prometteuse, son adoption généralisée n’est pas sans défis. La transition vers des pratiques régénératrices implique souvent des réductions initiales des rendements et une augmentation des besoins en main-d’œuvre, ce qui peut dissuader les agriculteurs de faire le changement. De plus, les dynamiques de pouvoir bien ancrées et les intérêts particuliers au sein du secteur agricole peuvent entraver l’adoption d’approches régénératrices, ce qui souligne la nécessité de politiques de soutien et d’incitations du marché.

 

Mettre l’accent sur le savoir autochtone et la justice sociale :

Alors que nous explorons le potentiel de l’agriculture régénératrice, il est crucial de reconnaître et de centrer le rôle vital des systèmes de connaissances autochtones dans l’élaboration de pratiques de gestion durable des terres. Les communautés autochtones ont développé et maintenu des pratiques régénératrices pendant des millénaires, profondément enracinées dans leurs relations culturelles, spirituelles et écologiques avec la terre. En apprenant des communautés autochtones et en collaborant avec elles, nous pouvons développer des pratiques plus résilientes, adaptables et culturellement appropriées qui contribuent au bien-être des gens et de la planète.

 

S’aligner sur les objectifs de développement durable :

L’agriculture régénératrice présente un potentiel important pour contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. En promouvant des pratiques de gestion durable des terres et en créant des synergies entre les différentes dimensions du développement durable, l’agriculture régénératrice peut aider à relever les défis interdépendants de la pauvreté, des inégalités, du changement climatique et de la dégradation de l’environnement. Cependant, la réalisation de ce potentiel nécessite une approche holistique et intégrée qui prend en compte les interactions et les compromis complexes entre les différents ODD.

 

La voie à suivre :

Alors que nous nous trouvons à ce moment critique de l’histoire de l’humanité, la résurgence de l’agriculture régénératrice offre une lueur d’espoir pour un avenir meilleur. En adoptant cette approche transformatrice et en nous engageant dans le dur travail de régénération, nous pouvons jeter les bases d’un monde dans lequel des sols sains, des écosystèmes florissants et des communautés dynamiques sont la norme plutôt que l’exception. Le chemin à parcourir peut être difficile, mais les récompenses – pour nous-mêmes, pour les générations futures et pour la Terre elle-même – sont incommensurables.

 

Conclusion:

La résurgence de l’agriculture régénératrice représente un changement de paradigme dans notre approche de la production alimentaire et de la gestion des terres. En donnant la priorité à la santé des sols, à la biodiversité et à la restauration des écosystèmes, les pratiques régénératrices offrent une voie vers la construction de systèmes alimentaires résilients et durables. Alors que nous naviguons dans les complexités et les défis associés à cette approche transformatrice, il est essentiel que nous mettions l’accent sur le savoir autochtone, que nous nous attaquions aux obstacles socioéconomiques et politiques et que nous alignions nos efforts sur les objectifs de développement durable. Grâce à la collaboration, à l’innovation et à l’engagement en faveur d’un changement systémique, nous pouvons libérer tout le potentiel de l’agriculture régénératrice et créer un avenir plus juste, plus durable et plus dynamique pour tous.

Références:

Duncan, T. (2016). Étude de cas : Agriculture régénératrice de la ferme Taranaki. Dans I. Chabay, M. Frick et J. Helgeson (Eds.), Land Restoration (pp. 271-287). Academic Press. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-801231-4.00022-7

 

LaCanne, C. E., et Lundgren, J. G. (2018). Agriculture régénératrice : Fusionner l’agriculture et la conservation des ressources naturelles de manière rentable. PeerJ, 6, e4428.

 

Lawton, G. (2019). L’étudiant en permaculture 2 : Une collection de solutions régénératrices. Lulu Press, Inc.

 

blog

Le World Happiness Report 2024 révèle les liens entre bonheur et développement durable

Le bonheur et le bien-être sont des éléments essentiels du développement durable. Le World Happiness Report 2024 fournit des informations précieuses sur ces liens.

Résumé des principales conclusions du rapport :

  • Les pays nordiques continuent de dominer le classement du bonheur, la Finlande et le Danemark occupant les deux premières places (chapitre 2, figure 2.1). Ces pays sont connus pour leurs solides filets de sécurité sociale, leur accent sur l’équilibre travail-vie personnelle et leurs politiques environnementales progressistes, autant de facteurs qui contribuent au développement durable.
  • Tendances régionales contrastées du bien-être des adolescents, avec des baisses en Amérique du Nord et en Europe occidentale, mais des augmentations en Afrique subsaharienne (chapitre 3). Par exemple, la satisfaction de vie des adolescents a diminué en Amérique du Nord et en Australie-Nouvelle-Zélande, tandis qu’elle a augmenté en Afrique subsaharienne, élargissant l’écart entre ces régions (chapitre 3, figure 3.2C).
  • Les pays d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord ont connu des changements variés dans le bonheur entre 2006-2010 et 2021-2023. Alors que des pays comme le Togo et le Bénin ont connu des augmentations substantielles du bonheur, d’autres comme l’Afghanistan et l’Égypte ont connu des baisses importantes (chapitre 2, figure 2.5).
  • Un bien-être plus élevé est associé à un risque réduit de démence, soulignant l’importance d’investir dans le bien-être tout au long de la vie (chapitre 4). Les études montrent que les personnes ayant un bien-être plus élevé ont de meilleures capacités de mémoire et de réflexion et sont moins susceptibles de développer une démence (chapitre 4, tableau 4.1).
  • L’âge, l’éducation, la satisfaction de vivre et les expériences de discrimination influencent la satisfaction de la vie chez les personnes âgées en Inde (chapitre 5). Les personnes âgées indiennes plus instruites et celles satisfaites de leur mode de vie ont une satisfaction de vie significativement plus élevée (chapitre 5, tableau 5.3).

 

Comment ces résultats sont liés au développement durable :

  • Les pays les plus heureux montrent qu’investir dans des politiques sociales et environnementales fortes peut favoriser le bien-être et la durabilité. En donnant la priorité à la qualité de vie des citoyens et à la protection de la planète, ces pays jettent les bases d’un avenir durable.
  • Les tendances divergentes du bien-être des adolescents soulignent la nécessité de s’attaquer aux inégalités mondiales en matière de santé et d’éducation. Promouvoir le bien-être des jeunes, en particulier dans les pays à faible revenu, sera essentiel pour réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses objectifs de développement durable (ODD).
  • Les fluctuations du bonheur dans les pays d’Afrique subsaharienne et d’Afrique du Nord suggèrent que le progrès vers le développement durable est inégal. Des investissements ciblés dans des domaines clés tels que la réduction de la pauvreté, l’éducation et la santé peuvent aider à stimuler le bien-être et à favoriser une croissance durable et inclusive dans ces régions.
  • Promouvoir le bien-être tout au long de la vie soutiendra une population vieillissante en meilleure santé, ce qui est crucial pour un développement durable. Avec le vieillissement rapide de la population mondiale, maintenir le bien-être des personnes âgées réduira le fardeau des maladies et favorisera un vieillissement actif et productif.
  • Lutter contre la discrimination et améliorer la satisfaction de la vie des personnes âgées favorisera des sociétés plus inclusives et équitables, conformément à l’ODD 10 (réduction des inégalités). Garantir le bien-être de tous, indépendamment de l’âge ou du statut social, est essentiel pour ne laisser personne de côté dans le développement durable.

 

Mesures recommandées pour améliorer le bien-être et le développement durable :

  • Adopter une approche globale du développement durable qui donne la priorité au bien-être des personnes et de la planète. Cela implique d’intégrer des considérations de bien-être dans la prise de décision politique et d’équilibrer la croissance économique avec le progrès social et la protection de l’environnement.
  • Investir dans des interventions qui renforcent la résilience et le bien-être des jeunes, en particulier dans les régions à faible revenu. Cela pourrait inclure des programmes scolaires sur les compétences psychosociales, des initiatives de santé mentale des adolescents et des politiques favorables aux jeunes.
  • S’attaquer aux facteurs sous-jacents des inégalités de bonheur entre les pays et les régions. Cela nécessite des efforts concertés pour éradiquer la pauvreté, améliorer l’accès à une éducation et à des soins de santé de qualité, promouvoir l’égalité des sexes et réduire les conflits et l’instabilité.
  • Intégrer des stratégies d’amélioration du bien-être dans les politiques de santé publique et les initiatives de développement durable. Par exemple, promouvoir l’activité physique, les connexions sociales et l’apprentissage tout au long de la vie peut favoriser le bien-être à tous les âges, tout en contribuant à des communautés durables et en bonne santé.
  • Lutter contre la discrimination fondée sur l’âge et promouvoir des environnements et des soins adaptés aux personnes âgées. Cela peut impliquer de lutter contre les stéréotypes liés à l’âge, de garantir l’accès à des soins de santé et à un soutien social de qualité, et de créer des espaces et des programmes inclusifs pour les personnes âgées.

Turritopsis AISBL s’engage à tirer parti des enseignements du World Happiness Report pour promouvoir le bien-être et le développement durable dans la vie économique et sociale. Construire des sociétés plus heureuses et plus saines est essentiel pour relever les défis mondiaux et assurer un avenir durable pour tous. Le bien-être et le développement durable sont intrinsèquement liés et doivent être poursuivis de concert. En donnant la priorité au bien-être dans nos efforts de développement durable, nous pouvons créer un avenir où chacun peut s’épanouir.

 

Pour lire le rapport complet, suivez le lien : https://worldhappiness.report/ed/2024/

 

Références :

Helliwell, J. F., Layard, R., Sachs, J. D., De Neve, J.-E., Aknin, L. B., & Wang, S. (Eds.). (2024).

World Happiness Report 2024. University of Oxford: Wellbeing Research Centre.

blog

La méduse immortelle : Un aperçu du chef-d’œuvre de durabilité de la nature

Introduction :

Dans la vaste et mystérieuse étendue de l’océan, il existe une créature dotée d’une capacité extraordinaire qui tient plus de la science-fiction que de la réalité. La Turritopsis dohrnii, souvent appelée “méduse immortelle”, a captivé les scientifiques et les amoureux de la nature par son talent unique à remonter l’horloge biologique, en revenant de sa forme adulte à son état de polype juvénile. Ce processus fascinant ne soulève pas seulement des questions sur les limites de la vie, mais offre également de précieuses indications sur la durabilité, la résilience et l’adaptabilité de l’environnement.

 

À la découverte de l’immortel :

Les recherches menées par Y. Hasegawa et son équipe en 2022 ont exploré le schéma génétique de cette méduse énigmatique. En assemblant son génome et en analysant son transcriptome, c’est-à-dire l’ensemble des molécules d’ARN, les chercheurs ont commencé à percer les secrets de sa vie apparemment éternelle. Leur étude permet de comprendre comment Turritopsis dohrnii parvient à réaliser son remarquable exploit de rajeunissement répété. L’équipe a découvert que les cellules de la méduse peuvent revenir à leur forme la plus ancienne, appelée polype, grâce à un processus connu sous le nom de transdifférenciation (Hasegawa et al., 2022). Cette capacité à se régénérer et à rajeunir est sans équivalent dans le règne animal, ce qui fait de la méduse immortelle un sujet d’intérêt scientifique intense.

 

Leçons de stabilité génétique et de résilience :

Ce qui fait de la méduse immortelle un emblème de la durabilité, ce n’est pas seulement sa capacité à vivre potentiellement pour toujours, mais aussi ce que cette capacité signifie en termes de stabilité génétique et de résilience. Dans un monde où les espèces sont confrontées à des défis environnementaux constants, comprendre comment cette méduse maintient son intégrité génétique et s’adapte aux changements pourrait offrir des pistes pour améliorer la résilience d’autres espèces et écosystèmes. Le génome de la méduse immortelle est remarquablement stable, avec un faible taux de mutation qui l’aide à maintenir ses capacités de régénération au fil du temps (Hasegawa et al., 2022). Cette stabilité génétique est un facteur clé de la longévité et de l’adaptabilité de la méduse, et permet de comprendre comment d’autres espèces pourraient être capables de résister aux facteurs de stress et aux changements environnementaux.

 

Adaptabilité environnementale : Une clé pour la durabilité :

L’inversion du cycle de vie de la méduse immortelle est une démonstration de sa capacité d’adaptation, une caractéristique cruciale pour la durabilité des écosystèmes. À mesure que les habitats changent et que l’impact de l’homme augmente, la capacité d’adaptation des espèces est plus importante que jamais pour leur survie et la santé de la planète. Les connaissances acquises grâce à l’étude de Turritopsis dohrnii pourraient inspirer de nouvelles façons de penser le fonctionnement des écosystèmes et la manière de les protéger. Par exemple, la compréhension des mécanismes à l’origine de l’adaptabilité de la méduse pourrait contribuer à l’élaboration de stratégies de conservation pour d’autres espèces marines confrontées à des menaces telles que l’acidification des océans, le réchauffement des températures et la pollution (Hoegh-Guldberg et al., 2017).

 

Au-delà de la mer : Implications pour la conservation et la durabilité :

Les connaissances génétiques acquises grâce à la méduse immortelle vont bien au-delà de l’environnement marin et touchent à des efforts plus larges en matière de durabilité et de conservation. En comprenant la base moléculaire de son immortalité et de sa résilience, nous pouvons explorer de nouvelles approches de la biologie de la conservation, telles que les interventions génétiques qui pourraient aider les espèces menacées à s’adapter à des environnements en mutation rapide. Par exemple, l’étude des capacités régénératrices de la méduse pourrait conduire à des avancées dans le domaine de la médecine régénératrice, ce qui pourrait aider à traiter les maladies et les blessures liées à l’âge chez l’homme (Hasegawa et al., 2022). En outre, la stabilité génétique de la méduse pourrait contribuer aux efforts de protection et de préservation de la diversité génétique d’autres espèces, qui est cruciale pour leur survie et leur adaptabilité à long terme (Hoban et al., 2020).

 

Embrasser la sagesse de la nature :

L’étude de Turritopsis dohrnii est plus qu’une curiosité scientifique, c’est un rappel de l’incroyable sagesse que l’on trouve dans la nature. Cette minuscule méduse remet en question notre conception de la vie et de la longévité, offrant une perspective optimiste sur les possibilités de durabilité dans le monde naturel. Alors que nous nous efforçons de créer des écosystèmes plus résistants et plus adaptables, la méduse immortelle symbolise le pouvoir durable de la vie sur Terre. En nous inspirant des stratégies de survie et de résilience de la nature, nous pouvons élaborer des approches plus efficaces du développement durable qui fonctionnent en harmonie avec l’environnement (Benyus, 2002).

 

Conclusion :

La méduse immortelle n’est pas seulement une anomalie de la nature, mais un encouragement à l’espoir pour le développement durable. Sa remarquable stabilité génétique et sa capacité d’adaptation offrent des enseignements précieux pour améliorer la résilience et l’adaptabilité des écosystèmes. Alors que nous continuons à faire face aux défis environnementaux, inspirons-nous des stratégies de survie propres à la nature, en nous inspirant de la vie remarquable du seul animal immortel au monde.

 

La quête des secrets génétiques de Turritopsis dohrnii ne fait que commencer, mais elle ouvre déjà la voie à un avenir plus durable et plus adaptable. En exploitant les leçons de la résilience de la nature, nous pouvons aspirer à créer un monde où l’homme et l’environnement peuvent prospérer ensemble, indéfiniment. La méduse immortelle nous rappelle que les réponses à certains de nos défis les plus pressants en matière de développement durable se cachent peut-être dans les profondeurs de l’océan, attendant d’être découvertes et appliquées au bénéfice de toute vie sur Terre.

 

References:

  1. Benyus, J. M. (2002). Biomimicry: Innovation inspired by nature. Harper Perennial.
  2. Hasegawa, Y., Watanabe, T., Takazawa, M., Ohniwa, R. L., Kato, K., Shimizu, A., … & Matsunami, M. (2022). Comparative genomics of the immortal jellyfish Turritopsis dohrnii. Proceedings of the National Academy of Sciences, 119(43), e2203032119.
  3. Hoban, S., Bruford, M., D’Urban Jackson, J., Lopes-Fernandes, M., Heuertz, M., Hohenlohe, P. A., … & Laikre, L. (2020). Genetic diversity targets and indicators in the CBD post-2020 Global Biodiversity Framework must be improved. Biological Conservation, 248, 108654.
  4. Hoegh-Guldberg, O., Poloczanska, E. S., Skirving, W., & Dove, S. (2017). Coral reef ecosystems under climate change and ocean acidification. Frontiers in Marine Science, 4, 158.
blog

Perspectives de développement durable à Davos 2024 : Une perspective critique

 

Le récent Forum Economique Mondial (WEF) de Davos a une fois de plus mis en évidence la place centrale de la durabilité et du développement durable dans l’agenda mondial. Les discussions de Davos 2024, qui ont rassemblé des dirigeants du monde entier, ont fourni des informations cruciales pour des organisations telles que Turritopsis, qui sont à l’avant-garde de la promotion et de la mise en œuvre de pratiques durables. Cet article de blog examine ces idées, offrant une perspective critique sur les résultats et leurs implications pour l’avenir.

 

Principaux enseignements

i) La durabilité, un impératif commercial :

Il est clair que pour les entreprises qui veulent réussir dans une économie à zéro émission, la durabilité n’est plus facultative. Le consensus qui s’est dégagé à Davos indique que les entreprises qui adoptent des mesures audacieuses en matière de durabilité sont mieux placées pour croître, ce qui souligne la nécessité pour toutes les entreprises d’intégrer la durabilité au cœur de leurs activités.

 

ii) Le rôle essentiel du capital humain :

Les discussions ont souligné l’importance d’investir dans les talents et de mettre en place des cadres qui donnent la priorité au bien-être humain et à la productivité.

Cela correspond à la mission de Turritopsis, qui est de favoriser une culture qui valorise le capital humain en tant que moteur de la croissance durable. Il soutient notre travail continu de promotion des pratiques de durabilité par le biais de l’éducation et de la sensibilisation.

 

iii) L’urgence de l’action climatique :

La crise climatique reste une préoccupation urgente, avec un appel fort pour des efforts équitables et collaboratifs dans la transition vers des pratiques durables. Les risques associés à l’inaction climatique – montée du niveau des mers, phénomènes météorologiques extrêmes, migrations massives – menacent la prospérité mondiale.

Cependant, les discussions ont également reconnu les défis auxquels les petites nations et les communautés les plus pauvres sont confrontées pour s’adapter à un avenir à faible teneur en carbone.

 

iv) Garantir les ressources pour la transition énergétique :

L’accent mis à Davos sur l’extraction de minerais essentiels à la révolution des énergies renouvelables pose ses propres défis en matière de durabilité. L’extraction de ces ressources doit tenir compte des incidences sur l’environnement et des droits des communautés tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

 

v) Biodiversité et stratégies favorables à la nature :

Enfin, les dirigeants présents à Davos ont souligné que la conservation de la nature devrait devenir une pratique courante. L’investissement dans les écosystèmes naturels, la promotion de la biodiversité et l’utilisation de solutions inspirées par la nature offrent de nouvelles possibilités de croissance.

La reconnaissance de la valeur de la biodiversité et l’adoption de stratégies favorables à la nature peuvent débloquer une valeur commerciale importante et contribuer à la réalisation des objectifs de durabilité.

 

Point de vue

Si les conclusions de Davos 2024 sont incontestablement précieuses, elles méritent également un examen critique. L’accent mis sur la durabilité en tant qu’impératif commercial soulève des questions quant à la volonté des industries de s’engager pleinement dans cette transition, en particulier dans les secteurs où la durabilité a traditionnellement été considérée comme une préoccupation secondaire. En outre, les discussions de Davos mettent souvent l’accent sur des stratégies de haut niveau sans toujours fournir des voies de mise en œuvre claires, en particulier pour les petites organisations et celles du monde en développement.

 

Aller de l’avant

À Turritopsis, alors que nous continuons à faire progresser le développement durable, les conversations issues de Davos 2024 offrent des orientations qui résonnent profondément avec notre mission. Les réalités à multiples facettes et les compromis discutés renforcent le fait que la réalisation de la durabilité exige des solutions innovantes et créatives adaptées aux contextes locaux.

À Turritopsis, nous pensons que les idées des leaders mondiaux nous inspirent pour aller de l’avant dans notre travail de promotion des pratiques de durabilité. Cependant, nous devons également conserver un regard critique, en évaluant soigneusement les nouvelles idées plutôt qu’en suivant les tendances.

Grâce à un pragmatisme fondé sur des principes et à un engagement courageux, un monde durable garanti par une prospérité et une équité universelles est à notre portée collective.

 

References:

World Economic Forum. “Davos 2024 Highlights: AI, Growth, and Climate Security.” Accessed at: https://www.weforum.org/agenda/2024/01/davos-2024-highlights-ai-growth-climate-security/

McKinsey & Company. “10 Key Takeaways from Davos 2024.” Accessed at: https://www.mckinsey.com/featured-insights/themes/10-key-takeaways-from-davos-2024

blog

Ouvrir la voie à la durabilité : Les promesses et les défis de la transition vers une économie circulaire

Pourquoi cet intérêt pour les économies circulaires ?

Au cours de la dernière décennie, le concept d'”économie circulaire” a rapidement pris de l’ampleur dans le monde entier. Ce nouveau modèle économique vise à dissocier la croissance économique de la consommation de ressources en appliquant des principes tels que la recyclabilité, l’utilisation d’énergies renouvelables, la prolongation de la durée de vie des produits et la réduction des déchets dans l’ensemble des systèmes industriels. Les partisans de l’économie circulaire considèrent qu’il s’agit d’une étape essentielle pour concilier le développement économique et la durabilité écologique.

Les opportunités

Cependant, le passage de l’économie linéaire actuelle “prendre-faire-jeter” se heurte à des obstacles systémiques. L’application plus large du concept d’économie circulaire présente à la fois des opportunités et des obstacles.

En ce qui concerne les opportunités, les initiatives d’économie circulaire se sont révélées prometteuses sur le plan économique tout en réduisant l’empreinte carbone. Certaines entreprises automobiles génèrent de nouvelles sources de revenus grâce à des programmes de remise à neuf qui remettent en état les vieilles pièces de voiture en vue de leur revente. Les gouvernements pilotent eux aussi des politiques de soutien, qu’il s’agisse d’incitations fiscales en Chine ou de normes en matière de marchés publics aux Pays-Bas.

Les défis

Cependant, certaines conséquences inattendues sont apparues. Des études indiquent que les gains d’efficacité découlant des méthodes de production circulaire peuvent stimuler la consommation globale, annulant ainsi les avantages en termes de durabilité. Ce “rebond de l’économie circulaire” doit faire l’objet d’un suivi attentif. En outre, la recherche montre que les problèmes d’acceptation culturelle entravent souvent l’adoption – les consommateurs peuvent être réticents à acheter des biens remis à neuf, tandis que la pensée linéaire domine dans de nombreuses entreprises.

Évolution des cadres et des leviers politiques

À mesure que l’optique de l’économie circulaire s’élargit, passant d’une focalisation étroite sur la gestion des déchets à un changement à l’échelle du système, les indicateurs et les leviers politiques doivent également évoluer. Au-delà du suivi des taux de recyclage, les cadres de mesure doivent tenir compte de la conservation de la valeur des matériaux au cours des phases de fabrication, de transport et d’utilisation des produits. De même, les réglementations de soutien doivent utiliser des outils tels que les mandats d’écoconception, les critères de marchés publics circulaires et les options de financement pour les marchés de matériaux secondaires et les modèles commerciaux de produits en tant que services.

Vers une transition durable

La voie vers une économie circulaire prospère reste pleine de promesses, mais elle exige également de surmonter activement les défis liés aux comportements, aux politiques et à la structure du marché. Grâce à des efforts coordonnés entre les entreprises, les gouvernements et les sociétés – en particulier pour clarifier les implications socio-économiques de ce modèle – l’économie mondiale peut progressivement passer du modèle “prendre-faire-déplacer” à un modèle qui favorise les flux renouvelables de ressources, de finances et de connaissances.

 

 

References:
Hartley, K., van Santen, R., & Kirchherr, J. (2020). Policies for transitioning towards a circular economy: Expectations from the European Union (EU). Resources, Conservation and Recycling.

Kirchherr, J., Piscicelli, L., Bour, R., Kostense-Smit, E., Muller, J., Huibrechtse-Truijens, A., & Hekkert, M. (2018). Barriers to the Circular Economy: Evidence From the European Union (EU). Ecological Economics.

Kristensen, H., & Mosgaard, M. (2020). A review of micro level indicators for a circular economy – moving away from the three dimensions of sustainability? Journal of Cleaner Production, 243, 118531.

Murray, A., Skene, K. R., & Haynes, K. (2017). The Circular Economy: An Interdisciplinary Exploration of the Concept and Application in a Global Context. Journal of Business Ethics, 140, 369-380.

Reike, D., Vermeulen, W., & Witjes, S. (2017). The circular economy: New or Refurbished as CE 3.0? — Exploring Controversies in the Conceptualization of the Circular Economy through a Focus on History and Resource Value Retention Options. Resources, Conservation and Recycling.

Zink, T., & Geyer, R. (2017). Circular Economy Rebound. Journal of Industrial Ecology.

blog

COP28 – Le verre à moitié plein ou à moitié vide pour l’action climatique ?

Introduction

La 28e conférence des parties (COP28) qui vient de se terminer à Dubaï a été un moment décisif pour l’action mondiale en faveur du climat. Alors que les dirigeants du monde entier se réunissaient pour faire progresser les efforts de collaboration contre le changement climatique, le sommet a débouché sur des accords novateurs, même s’il n’a pas été à la hauteur sur certains points essentiels.

Cet article propose un examen critique des résultats de la COP28, en analysant ses réalisations, ses limites et ses implications pour faire avancer l’agenda de la durabilité.

Des accords historiques pour réduire progressivement les combustibles fossiles

L’un des résultats les plus historiques de la COP28 a été l’accord historique signé par plus de 190 pays pour commencer à réduire progressivement le charbon, le pétrole et le gaz pour la première fois dans les négociations sur le climat.

Cet accord marque un tournant majeur dans la lutte contre les émissions à leur source principale. Toutefois, l’accord a été critiqué pour ne pas avoir utilisé les termes plus forts d'”élimination progressive” et pour avoir permis l’utilisation de combustibles fossiles “transitoires”.

L’accord ne fixe pas non plus de calendrier pour la fin de l’utilisation du charbon. Néanmoins, les experts ont salué cet accord comme un progrès significatif dans la réalisation de l’objectif de 1,5 °C de l’accord de Paris.

Garantir les engagements en matière de financement de la lutte contre le changement climatique

La COP28 a généré de nouveaux engagements financiers, notamment un Fonds mondial pour les énergies propres de 30 milliards de dollars lancé par les Émirats arabes unis pour catalyser les investissements dans la transition vers les énergies renouvelables.

Un soutien supplémentaire a été apporté par les 700 millions de dollars promis au Fonds pour les pertes et dommages, qui aide les nations vulnérables confrontées à des dommages climatiques irréparables. Toutefois, cette somme est restée en deçà des demandes des pays en développement.

Les négociations ont mis en évidence la nécessité urgente non seulement de mobiliser des fonds, mais aussi de veiller à ce que les communautés les plus touchées puissent en bénéficier de manière accessible et transparente.

Des objectifs ambitieux en matière d’énergies renouvelables, mais des défis subsistent

Dans le cadre du “2030 Breakthrough Agenda” mené par les Émirats Arabes Unis, plus de 90 pays ont fixé des contributions élevées déterminées au niveau national et se sont engagés à tripler les énergies renouvelables et à doubler l’efficacité énergétique d’ici à 2030. Cela marque des progrès substantiels en matière d’ambition, en particulier pour les transitions renouvelables. Toutefois, des tensions ont persisté car les pays en développement ont souligné que la croissance économique ne pouvait pas être sacrifiée pour atteindre les objectifs climatiques. Les discussions ont révélé un besoin pressant d’équilibrer les différentes priorités et de garantir des transitions justes et inclusives.

Conclusion: Principaux enseignements et trajectoire future

Avec plus de 85 000 participants, la COP28 a fait preuve d’un engagement mondial considérable dans la lutte contre le changement climatique. De l’obtention de nouveaux financements aux accords novateurs sur les combustibles fossiles, elle a tracé une voie optimiste.

Néanmoins, les critiques ont souligné l’absence d’objectifs renforcés en matière de réduction des émissions et de soutien aux communautés vulnérables.

Alors que le monde s’apprête à quitter Dubaï, l’héritage de la COP28 sera défini par une action urgente et renforcée visant à concrétiser ces engagements prometteurs. Le chemin à parcourir nécessite de la transparence et de la coopération pour éliminer progressivement les émissions en vue d’un avenir à 1,5 °C.

blog

IFRS S2 Informations relatives au climat : Un pas vers l’établissement de rapports sur le développement durable à l’échelle mondiale

L’International Sustainability Standards Board (ISSB), récemment créé sous l’égide de l’IFRS Foundation, a publié sa norme de reporting sur le développement durable, axée spécifiquement sur les risques et les opportunités liés au climat.

Introduction

La norme IFRS S2 “Informations relatives au climat” constitue une étape décisive dans l’élaboration des rapports de développement durable à l’échelle mondiale. Elle crée une base de référence pour les entreprises afin qu’elles publient des informations financières essentielles liées au climat à l’intention des investisseurs et des parties prenantes. Alors que le monde est aux prises avec le changement climatique, les régulateurs, les gouvernements et les investisseurs recherchent la transparence sur les risques climatiques et la résilience des entreprises.

Principaux aspects de l’IFRS S2

L’IFRS S2 définit des exigences en matière d’informations à fournir dans quatre domaines clés :

  • La gouvernance : La gouvernance et la surveillance des risques et opportunités liés au climat, y compris les responsabilités du conseil d’administration et de la direction.
  • Stratégie : Expliquer l’impact des risques et opportunités liés au climat sur la stratégie, le modèle d’entreprise et les finances.
  • Gestion des risques : Description des processus utilisés pour identifier, évaluer et gérer les risques liés au climat.
  • Mesures et objectifs : Divulgation des mesures clés liées aux risques, aux opportunités et aux performances en matière de climat.

Limites et lacunes de l’IFRS S2

Bien qu’elle constitue une base solide, l’IFRS S2 présente certaines limites :

  • Une focalisation financière étroite
  • Flexibilité permettant des incohérences
  • Manque de directives en matière de vérification
  • Faible prise en compte des accords sur le climat
  • Exigences difficiles en matière de données

Conclusion

La publication de l’IFRS S2 “Informations relatives au climat” constitue un progrès significatif vers la cohérence des rapports sur le développement durable, en établissant une base de référence mondiale pour les informations financières relatives au climat. Cependant, la norme S2 n’est que la première étape du travail de l’ISSB visant à développer un cadre mondial complet pour les rapports sur le développement durable. Il vise à trouver un équilibre entre la prescription d’exigences cohérentes en matière d’informations à fournir et la possibilité d’une flexibilité fondée sur des principes.

 

Mots-clés :

IFRS S2, informations sur le climat, rapports sur le développement durable, risques climatiques, rapports financiers, informations sur le développement durable, rapports mondiaux sur le développement durable, opportunités climatiques, émissions de gaz à effet de serre, évaluation des risques, Fondation IFRS, International Sustainability Standards Board.
blog

IFRS S1 : un changement de donne en matière d’information sur le développement durable

L’International Sustainability Standards Board (ISSB) a récemment dévoilé sa première norme de reporting sur le développement durable, IFRS S1 General Requirements for Disclosure of Sustainability-related Financial Information. Cela marque une étape importante vers l’harmonisation des rapports mondiaux sur le développement durable.

Points clés de la norme IFRS S1

L’objectif d’IFRS S1 est d’obliger les entités à divulguer les risques et opportunités liés au développement durable ayant un impact sur leurs perspectives financières, y compris les flux de trésorerie, l’accès au financement et le coût du capital. Cette norme s’applique à toutes les entités qui suivent les normes IFRS de divulgation sur le développement durable, indépendamment de la préparation des états financiers selon les normes comptables IFRS.

En substance la norme S1 comprend

  1. La gouvernance : La divulgation des processus de gouvernance pour la supervision du développement durable.
  2. Stratégie : Explication de l’impact du développement durable sur la stratégie de l’entreprise.
  3. Gestion des risques : Décrire l’évaluation et la gestion des risques liés au développement durable.
  4. Mesures et objectifs : Rendre compte des mesures et des objectifs pertinents en matière de développement durable.

Les entités doivent publier les informations importantes dont les investisseurs ont besoin pour prendre des décisions éclairées. L’IFRS S1 suggère également des sources d’orientation, telles que les normes de la SASB basées sur l’industrie.

Points forts et avantages de l’IFRS S1

  1. Cohérence mondiale : S1 offre une base de référence mondiale pour des rapports de développement durable cohérents entre les industries et les régions, améliorant ainsi la comparabilité.
  2. Matérialité financière : Elle relie le développement durable à la performance financière, ce qui la rend très pertinente pour les investisseurs.
  3. Flexibilité : Tout en fixant des exigences de base, le S1 permet une personnalisation basée sur la pertinence de l’entreprise, évitant ainsi une approche unique.
  4. Intégration à l’information financière : Elle relie les facteurs de durabilité aux états financiers, démontrant leur impact sur la valeur financière.

Limites potentielles de l’IFRS S1

  1. Limites du champ d’application : Elle se concentre sur les questions de durabilité ayant des impacts financiers clairs, excluant potentiellement les questions ESG plus larges.
  2. Flexibilité vs. comparabilité : La personnalisation pourrait conduire à des informations variables, ce qui réduirait la comparabilité.
  3. Identification des risques importants : Certaines entités pourraient avoir du mal à identifier et à divulguer leurs risques les plus importants en matière de développement durable.

En résumé, l’IFRS S1 représente une étape importante dans l’établissement de rapports sur le développement durable. Elle renforce la cohérence à l’échelle mondiale, aligne le développement durable sur la performance financière et offre une certaine flexibilité. Cependant, elle n’est pas exempte de défis, tels que les limitations du champ d’application et les problèmes potentiels de comparabilité.

Le succès de l’IFRS S1 dépend de son adoption généralisée et de sa capacité à fournir aux investisseurs des informations utiles à la prise de décision. Restez à l’écoute pour de nouveaux développements à mesure que l’information sur le développement durable continue d’évoluer.

#SustainabilityReporting #IFRS #InvestorRelations #ESG #SustainabilityDisclosure

blog

RAPPORT MONDIAL SUR DÉVELOPPEMENT DURABLE (RMDD) 2023 : Transformer le monde pourun développement durable

Introduction :

Les Nations unies ont récemment publié le Rapport mondial sur le développement durable (RMDD) 2023, rédigé par un groupe de 15 scientifiques estimés. Ce rapport sert de contribution cruciale à l’examen par les États membres de l’Agenda 2030 pour le développement durable, en soulignant les progrès accomplis et les défis rencontrés dans la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Dans ce blog, nous explorerons les principales conclusions et recommandations du RGD 2023.

Accélérer la transformation :

La RGDP 2023 s’appuie sur son prédécesseur, la RGDP 2019, pour fournir aux décideurs des perspectives fondées sur des données probantes concernant l’accélération des progrès vers le développement durable. À mi-parcours de l’Agenda 2030, le rapport s’inquiète du fait que le monde est en train de déraper, attribuant ce recul aux effets durables de la pandémie de COVID-19, des conflits, de l’inflation et de l’augmentation du coût de la vie. Il souligne le besoin urgent d’une action transformatrice pour relever ces défis.

Six points d’entrée cruciaux :

La Stratégie mondiale de développement durable 2023 se concentre sur six points d’entrée pour la transformation qui sont considérés comme cruciaux pour atteindre le développement durable dans le cadre des différents objectifs de développement durable :

  1. i) le bien-être et les capacités humaines
  2. ii) Economies durables et justes

iii) Systèmes alimentaires durables et modes de nutrition sains

  1. iv) Décarbonisation de l’énergie et accès universel
  2. v) Développement urbain et périurbain
  3. vi) Le patrimoine environnemental mondial

Le rapport identifie ces points d’entrée comme des domaines où les actions peuvent avoir un impact significatif sur l’avancement des objectifs de développement durable.

Tirer parti de la science pour la transformation :

Pour faciliter la transformation, la Stratégie mondiale de développement durable 2023 propose quatre leviers identifiés dans le rapport 2019, à savoir la gouvernance, l’économie et la finance, la science et la technologie, et l’action individuelle et collective. En outre, le rapport introduit le renforcement des capacités comme cinquième levier. Il souligne l’importance de l’activité scientifique en dehors des pays à revenu élevé et appelle à une science socialement robuste, ancrée dans la confiance et l’intégrité.

Principales recommandations et appels à l’action :

La Stratégie mondiale de développement durable 2023 se termine par une série de recommandations visant à promouvoir le développement durable :

  1. Élaborer des plans d’action nationaux pour contrer les tendances négatives et la stagnation dans la mise en œuvre des ODD.
  2. Encourager la planification locale et sectorielle pour contribuer aux stratégies nationales.
  • Accroître la marge de manœuvre budgétaire par des initiatives telles que les réformes fiscales, la restructuration de la dette et l’engagement des institutions financières internationales.
  1. Investir dans les données relatives aux ODD, les outils scientifiques et l’apprentissage des politiques.
  2. Renforcer les partenariats pour améliorer l’interface science-politique-société.
  3. mettre en œuvre des mesures visant à améliorer la responsabilité des gouvernements et des parties prenantes
  • Le renforcement des capacités de transformation aux niveaux individuel, institutionnel et du réseau est considéré comme essentiel, de même que la mise en œuvre d’interventions synergiques entre les six points d’entrée pour la transformation de la durabilité.

Collaboration et science transformatrice :

La Stratégie mondiale de développement durable 2023 s’appuie sur des perspectives régionales et interdisciplinaires recueillies lors de consultations. Le Conseil international de la science (CIS) a coordonné le processus d’examen technique par la communauté scientifique. Elle souligne l’importance d’aligner la science, la politique et la société pour créer un avenir où les hommes et la nature prospèrent ensemble.

Conclusion :

Le Rapport mondial sur le développement durable (RMDD) 2023 constitue une ressource essentielle pour accélérer les progrès vers le développement durable. Bien que des défis persistent, le rapport souligne que les transformations ne sont pas seulement possibles, mais inévitables. En adoptant les stratégies recommandées et en tirant parti des six points d’entrée, nous pouvons susciter des changements positifs et garantir un avenir prospère pour tous.

 

Turritopsis, aux côtés de ses partenaires, s’engage à faire progresser le développement durable et à intégrer la science transformative dans la prise de décision. Unissons-nous, mettons en œuvre des mesures efficaces et travaillons collectivement à la réalisation des ODD et à la construction d’un monde durable.

 

Pour plus d’informations et pour accéder à l’intégralité du rapport GSDR 2023, visitez le site :

https://sdgs.un.org/sites/default/files/2023-06/Advance%20unedited%20GSDR%2014June2023.pdf